• France | Changer de site
  • Contact
  • Ajouter à Mes Favoris
  • Partager

11 sept. 2019  Paris

Henkel partenaire des Trophées LSA « La conso s’engage »

La consommation au carrefour de nombreux changements

Amélie Vidal-Simi

Amélie Vidal-Simi, Présidente de Henkel en France

La grande consommation se réinvente et ses acteurs renforcent leurs engagements RSE face aux révolutions du secteur et aux attentes toujours plus élevées des consommateurs. Le 19 septembre prochain, Henkel sera de nouveau partenaire des Trophées « La conso s’engage » organisés par LSA, le magazine de référence de la grande consommation, qui récompensent les meilleurs projets des distributeurs et des industriels en matière de RSE (Responsabilité Environnementale et Sociétale).

Dans ce cadre, retrouvez ci-dessous l’interview d’Amélie Vidal-Simi, Présidente de Henkel en France, parue dans le numéro du 5 septembre de LSA, qui revient sur l’engagement du Groupe.

Pourquoi êtes-vous partenaire de la soirée « La conso s’engage » ?

La conso s’engage - plus qu’un constat, c’est une réalité ancrée aujourd’hui dans le quotidien de notre secteur. Henkel est un groupe centenaire, présent en France depuis plus de 50 ans et son engagement ne date pas d’hier. Que ce soit avec la première lessive sans phosphate en 1989 avec Le Chat, le premier dentifrice bio en grande surface avec Vademecum ou encore la première colle sans solvant avec Pritt, Henkel a la volonté d’apporter une contribution positive pour l’homme et la planète. Pour nous, être partenaire de la soirée « la conso s’engage » est une évidence tant les projets primés sont en ligne avec les valeurs que nous portons au quotidien aux cotés de nos parties prenantes. Cette soirée est par nature au cœur de la convergence des transitions - écologique, technologique et sociétale - à laquelle nous devons prendre part. Il est essentiel de contribuer à ce mouvement salutaire et durable.

Quels sont pour vous les indispensables de la conso de demain ?

La grande consommation est aujourd’hui au carrefour de nombreux changements, nous devons opérer les bons choix. Premièrement, les attentes des consommateurs évoluent, « mieux consommer » dirige aujourd’hui et pour longtemps l’orientation à apporter à nos produits. Deuxièmement, l’impact des technologies sur notre secteur est indéniable, que ce soit le big data, l’intelligence artificielle ou les objets connectés, il est primordial d’appréhender pleinement l’impact sur nos produits de ces révolutions. Enfin, le commerce tel qu’on le connait ne ressemble plus à celui que nous avons pu connaître il y a 30 ans. Les lieux de consommation se réinventent quand les nouveaux acteurs oscillent entre révolution et retour à la tradition. Au cœur des révolutions actuelles, la conso prépare demain.

Quelles sont vos actualités et projets pour faire avancer la grande consommation ?

Il est clair aujourd’hui que les entreprises ont un rôle clef à jouer et d’autant plus dans le secteur de la grande consommation où notre engagement doit accompagner celui des consommateurs. Notre stratégie RSE (Responsabilité Sociétale et Environnemental) mondiale, consistant à tripler le rapport entre notre création de valeur et l’empreinte environnementale de nos activités à horizon 2030, est aujourd’hui en bonne voie. Nous avons atteint nos objectifs intermédiaires et optimisé notre efficacité environnementale de 43% entre 2010 et 2018. Et notre stratégie n’est pas figée. Face à l’enjeu mondial des déchets plastiques nous avons renforcé nos objectifs pour atteindre 100% d’emballages de produits cosmétiques et détergents recyclables, compostables ou réutilisables en 2025. Nous avançons sur des projets concrets qui donnent du sens à notre action collective et à celle de nos marques. C’est aussi un enjeu très fort pour nos équipes. Vademecum soutient par exemple la biodiversité et la végétalisation en milieu urbain avec le mouvement Graines de vie, quand Diadermine aux côtés du réseau Force Femmes accompagne la réinsertion professionnelle des femmes de plus de 45 ans. Pour une entreprise avoir un impact positif sur l’environnement et la société civile requiert d’impliquer l’ensemble de ses parties prenantes et d’œuvrer collectivement tout au long de sa chaîne de valeur.